Espace adhérent Recherche
OK
X
Actualités Blog Newsletter

Une histoire prestigieuse

C’est la période médiévale et le XVIe siècle, ses aristocraties, ses monastères, qui sont à l’origine du vignoble qui connut alors une gloire largement relayée dans les cours européennes, les littératures, les chansons et l’inventivité commerciale.

 

Dès le Moyen Âge, les ducs et les comtes ont installé le vignoble, et ont su en assurer la renommée par leurs achats, leurs dons, leurs concessions de privilèges. Les alliances ouvrent la clientèle seigneuriale du nord (Artois, Hainaut, Paris) aux vins d’Arbois, parfois surnommés « vins des rois », et le vignoble du Jura a pour elle l’attrait d’un pays du sud.

Les vins sont vite renommés dans les cours de France, de Bourgogne et des papes d’Avignon. On raconte même que des copies de vins d’Arbois et de Poligny circulent.


Cette notoriété a été portée par la littérature.

En 1285, le vin d’Arbois est cité dans le poème Le Tournoi de Chauvency du trouvère Jacques Bretel.

En 1530 Pierre Attaingnant écrit la danse-chanson du Tourdion :

« Quand je bois du vin clairet
Ami tout tourne, tourne, tourne, tourne
Aussi désormais je bois
Anjou ou Arbois
Chantons et buvons, à ce flacon faisons la guerre
Chantons et buvons, les amis, buvons donc ! »

 

En 1546, Barthélémy de Chasseneux, bien que bourguignon place le vin d’Arbois dans son Catalogus gloriae mundi.


En 1564, le vin d’Arbois entre au palmarès de Rabelais : « Approchans au temple de la digne Bouteille, nous convenoit passer parmy ung grand vinoble faict de toutes espèces de vins, comme … Arbois » (Le Cinquième Livre, XXXIV).


On trouve d’autres célébrations au XVIe siècle, celle de Gilbert Cousin en 1550 dans sa Description de la Franche Comté ; celle de Louis Gollut en 1592 dans Histoire de la république des Séquanes et des princes de Franche-Comté de Bourgogne : « ces vins blancs d’Arbois, à la meilleure cave de Bourgogne, qui ne se laissent égaler ».

 

En 1781, selon Louis-Sébastien Mercier, les sergents recruteurs confessent ne pas pouvoir promettre aux nouvelles recrues « l’extraordinaire, le pâté et le vin d’Arbois » (Tableau de Paris).


Plus tard, les relais de la gastronomie et de la publicité sont importants. En 1926, Curnonsky décrète cinq vins comme étant les meilleurs vins blancs du monde : dont le Château-Chalon (les autres étant Château Grillet, Château d’Yquem, Montrachet et La Coulée de Serrant). En 1952 Henri Maire - dont les talents de communicant sont célèbres - a emmuré des bouteilles de vin jaune dans le restaurant parisien La Tour d’Argent. Avec le développement du tourisme, Arbois s’affirme comme une halte gourmande sur les axes routiers Besançon-Lyon, et Paris-Genève. Dans cette commune, connue dès 1759 avec la dynastie culinaire des Coutouly, où La Balance et l’Hôtel des Messageries attirent déjà les gourmets, André Jeunet reprend en 1951 l’Hôtel de Paris et y met à la mode la poularde au vin jaune et le coq au vin d’Arbois. En 1961, Henri Maire ouvre la taverne de La Finette qui met en avant les vins du Jura.

 

À l’époque contemporaine, les chansons ont continué à célébrer les vins du Jura. C’est le cas du Dernier repas de Jacques Brel en 1964 :

« Et je veux qu'on y boive
En plus du vin de messe

De ce vin si joli
Qu'on buvait en Arbois ».

 

Cette chanson donne une utilisation rare, dans le cas d’un vin, du mot « joli » que l’on retrouve dans une chanson franc-comtoise du début du XXe siècle (Chants populaires pour les écoles, poésie de Maurice Bouchor, recueil de Julien Tirsot) :

« Devant ce vin joli
Ce vif et rose vin d’Arbois
Mon coeur s’épanouit »

 

On citera aussi La petite bouteille de vin jaune de Guy Thomas (www.youtube.com/watch?v=DUlYpVGhCG4#action=share) ; La Cancoillotte de Hubert-Félix Thiéfaine (www.youtube.com/watch?v=CgvXVg94Xsw) ; la chanson officielle de la Percée de 2009 du pianiste Tom McClung (www.youtube.com/watch?v=b7s2a4MxsSU) ; les chansons de Teuf et Joël : « c trop bien savagnin », « un coup d’jura ça fera l’affaire » ; et enfin la fameuse Bois de l’Arbois de Henri Maire (www.bide-etmusique.com/song/4539.html).

 

Chanson Bois de l'Arbois

 

 

 

 

 

LA PERCÉE DU VIN JAUNE

UNE EXPÉRIENCE HORS NORME

 

EN SAVOIR PLUS

 

 

 

COMITÉ INTERPROFESSIONNEL DES VINS DU JURA

 

Château Pécauld

5 rue des Fossés

BP 41

39600 ARBOIS

 

Tél. : 03 84 66 26 14

Fax : 03 84 66 10 29

Contact par email

 

 

 

Horaires :

Lundi, mardi, mercredi et jeudi : 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h30, le vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 16h.

 

Le jour de distribution de documentation a lieu le jeudi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h30.

 

 

 

 

© 2011-2019 Comité Interprofessionnel des Vins du Jura • Réalisation : Jordel Médias Agence Web