Espace adhérent Recherche
OK
X
Actualités Blog Newsletter

Des liens uniques avec la montagne du Jura

Un espace unique entre plaine et montagne

À la différence d’autres vignobles, comme ceux de Bourgogne, d’Alsace ou de la Vallée de la Loire par exemple, le vignoble ne possède pas de voie navigable, fleuve ou rivière. Il est historiquement à l’écart de grandes voies de passage : d’une voie romaine principale (comme en témoigne par exemple la carte de Peutinger), de la voie médiévale Lyon-Trèves, de l’axe Chalon-sur-Saône – Besançon, et de la route Rhône-Saône / Rhin-Alsace.
Maximilien 1er, en 1493, écrira qu’Arbois et son vignoble sont « situés en lieu escarté, loin des grands passaiges ».

 

Par contre, le vignoble s’est établi sur les contreforts du Jura, en position entre deux régions non viticoles - à l’ouest, la Bresse, et à l’est les hauteurs du Jura - sur les premiers gradins du Jura, et au sud de Lons-le-Saunier sur le Revermont, soit le long d’une ligne nord-est - sud-ouest de 80 km, de Champagne-sur-Loue à Saint-Jean-d’Etreux.


Le vignoble se développe sur les sites salicoles de la couche de sel du Trias (Grozon, Salins, Lons-le-Saulnier) et les routes du sel qui suivent depuis l’origine l’axe Châlon-sur-Saône - la Suisse en passant par Dijon, Arbois, Poligny, Salins, Pontarlier, Champagnole, Mouthier.


Il nourrit des échanges avec la plaine de Bresse et la Bourgogne à l’ouest, et avec la montagne à l’est. Les habitants de Cernans, censés « bénéficier » de ces échanges, y gagneront le surnom de vide-barils.

 

Cette transversalité, affirmée par des relations économiques et politiques avec la montagne et la Bourgogne, est structurante au cours de l’histoire. « Toutes les voies pénétrantes du Jura vont de l’Est à l’Ouest, à la rencontre du Doubs et de la Saône » estime même le stratège Charles Clerc en 1888 dans ses Etudes de géologie militaire, Le Jura).

 

Arbois dès le XVIIIe siècle sera une étape gastronomique sur l’axe transversal entre Paris, Dijon, Genève et la Suisse. C’est de même de manière transversale que se créera aussi le premier axe ferroviaire en 1857 : ce sera la ligne Dole - Salins.

 

 Viaduc de Montigny

 

La reculée fait la vigne. Le vignoble s’est aussi créé autour - voire même dans - des villes et villages - à l’origine des villae romaines - installées au débouché des rivières et reculées, soit du nord au sud :

  • Salins : la Furieuse
  • Arbois (Vadans) : la Cuisance
  • Poligny (Tourmont) : l’Orain
  • Voiteur, Château-Chalon, Arlay : la Seille
  • Lons-le-Saunier : la Vallière

 

 Vue depuis Château-Chalon

Des liens forts avec la montagne du Jura

Historiquement, les villages de la montagne du Jura ont vécu de l’exploitation des bois et forêts. Pour la vigne, ils produisaient des tonneaux, des échalas (paissiaux en sapin, buis, genévrier, robiniers faux-acacias). Cette activité est loin d’être anecdotique : on estime au XIXe siècle les besoins à 6 millions d’échalas pour le vignoble d’Arbois, et à 3 millions pour Poligny. Il y avait d’ailleurs, en mars ou avril de chaque année une foire aux échalas à Poligny.


Ces échalas provenaient aussi des forêts communales plus proches du Vignoble, et les vignerons par règlement d’affouage pouvaient aller les exploiter.

 

Paisseaux

 

Une grande activité des plateaux consistait en la fabrication de petits objets en bois (comme par exemple les pipes à Saint-Claude). Pour le Vignoble, ils fabriquaient des robinets de petites tailles (5 à 8 cm) pour les fûts, les dzis, notamment destinés à soutirer le vin au-dessous du voile.


Les dzis ou duzils (du latin duciculus) étaient traditionnellement en bois (buis) mais pouvaient être en corne (buffle). À Château-Chalon, le dzi s’appelle la guillette (on parle en Suisse de guillon) – et ailleurs parfois de fausset, ou douzil.


À transporter les produits de la montagne (tonnellerie, boissellerie…), les gens du Grandvaux sont devenus les rouliers du Jura et ont développé dans toute la France des réseaux de transport. Ils livraient en tonneaux Arbois, le Beaujolais et la Bourgogne. Les montagnons descendaient aussi dans le vignoble pour les vendanges.

 

 

 

 

 

 

LA PERCÉE DU VIN JAUNE

UNE EXPÉRIENCE HORS NORME

 

EN SAVOIR PLUS

 

 

 

COMITÉ INTERPROFESSIONNEL DES VINS DU JURA

 

Château Pécauld

5 rue des Fossés

BP 41

39600 ARBOIS

 

Tél. : 03 84 66 26 14

Fax : 03 84 66 10 29

Contact par email

 

 

 

Horaires :

Lundi, mardi, mercredi et jeudi : 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h30, le vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 16h.

 

Le jour de distribution de documentation a lieu le jeudi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h30.

 

 

 

 

© 2011-2019 Comité Interprofessionnel des Vins du Jura • Réalisation : Jordel Médias Agence Web